La retraite est le « salaire continué »





En intro

Bernard Friot, économiste, sociologue et professeur émérite à l’Université Paris-Ouest Nanterre, membre de l'IES, Institut européen du salariat, définit la retraite en France comme un " salaire continué ".

Il rappelle à cet effet l’histoire des retraites qui les apparente dans notre pays au modèle de la retraite de la fonction publique.

En effet, les toutes premières formes historiques de retraite en France furent instituées à partir du 18ème siècle sous forme de pensions vieillesse attribuées à des professions rattachées à l’État:

- en 1673 : aux marins du roi
– en 1831 : aux militaires
– en 1853 : aux fonctionnaires civils
– en 1894 : aux mineurs
– en 1909 : aux cheminots

Mais elles avaient toutes leurs régimes spécifiques qui ont perduré sous des formes plus ou moins proches de leur origine, ce qui explique, historiquement, l’existence d’un grand nombre de régimes spéciaux en France.

Peu à peu, au fil des siècles, se forgea la conception que l’ensemble des droits salariaux des fonctionnaires étaient fondés sur une qualification personnelle acquise de façon définitive comme attribut de la personne, ceci impliquant que le fonctionnaire soit rémunéré également lorsqu’il n’a pas de poste, aussi bien du fait de la retraite que de l’impossibilité temporaire d’exercer son emploi (maladie – suppression du poste – etc.)

C’est cette conception qui a donné naissance à l’idée que tous les travailleurs aient le droit de continuer à être rémunérés après la cessation du travail, idée sur laquelle est fondée la retraite en France.









La retraite des fonctionnaires